société

FONDS POUR LE CLIMAT : UN NÉGOCIATEUR POUR UN COFINANCEMENT DES INTRANTS AGRICOLES DANS LES PAYS EMERGENTS

– Le Fonds d’adaptation pour le climat doit cofinancer les pays en développement d’Afrique subsaharienne en termes d’intrants, dans le but de développer une agriculture productive et durable, a prôné le négociateur climat Arthur Riedacker.
« Le cofinancement permet d’augmenter les intrants dans les pays en développement, de disposer de semences sélectionnées et ainsi développer une vraie agriculture biologique, laquelle, se complète avec de l’engrais organique », a-t-il dit.
Selon lui, pour limiter l’impact des changements climatiques sur l’agriculture, « il faut augmenter le niveau des intrants, des semences améliorées, de l’irrigation complémentaire ».
M. Riedacker intervenait samedi à Ben Guerir, au Maroc, au deuxième jour de la conférence internationale sur « les métriques et techniques d’adaptation pour l’eau, l’agriculture et les villes résilientes ».
D’après cet expert, l’utilisation des engrais permet d’améliorer la maîtrise de l’eau, la fertilisation des sols pour leur utilisation efficiente.
« L’engrais a un apport positif dans les cultures, car il permet d’accroître la productivité et ainsi de booster les rendement. C’est une réponse aux effets climatiques pour l’agriculture », a argumenté M. Riedacker, chercheur à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), un organisme français de recherche en agronomie.
Dans cette perspective, il a appelé les pays à « s’unir pour faire accroître leur productivité et s’adapter », en vue de « faire face à la croissance de la population » mondiale.
« Il faut que les pays qui ont des solutions dans de ce domaine soutiennent l’Afrique. Les pays doivent savoir que s’ils augmentent leurs rendements, ils pourront faire face à la démographie galopante en Afrique et ainsi, nourrir leur population ».
« Les pays du Nord doivent aider ceux du Sud qui ne bénéficient pas de ce fonds afin qu’ils puissent développer une agriculture plus productive, à travers des semences sélectionnées, des intrants, mais également une irrigation comme complément, pour une amélioration de la production », a insisté Arthur Riedacker.
issa sare(pikineinfos)

Related posts

Usurpation de fonction : Amdy Mbengue, le faux douanier condamné à 4 ans de prison

ibromedias

Saint-Louis : la houle occasionne plus de 35 familles sans abris

ibromedias

conference de presse du centre de formation "la source"

ibromedias

Leave a Comment